14 décembre 2017

Vivre en couple, c’est partager son cœur, sa vie, son lit… et aussi son frigo! L’un des grands défis qui attend les partenaires amoureux qui emménagent ensemble est lié au domaine de l’alimentation. En effet, chaque partenaire se présente avec tout un bagage de valeurs, croyances et habitudes uniques en lien avec la nourriture, ce qui peut donner lieu à bien des discussions, confrontations et négociations… d’autant plus si le poids et l’alimentation sont une préoccupation majeure pour l’un des partenaires (ou même les deux!).

 

Comment favoriser la saine transition vers le frigo commun?

Les partenaires amoureux sont impliqués dans de nombreuses activités liées à l’alimentation (faire l’épicerie, préparer les repas, manger ensemble, etc.) qui sont des belles occasions de partage, d’échange et d’apprentissage, mais qui peuvent également être sources de conflits et de frictions. Vous n’êtes pas trop porté(e) sur la viande, mais votre partenaire est un(e) carnivore? Vous essayez de limiter le sucre, mais votre partenaire ne peut survivre sans dessert? Quand on fait face à ce type de situations, les mots clés à retenir sont : ouverture, respect et flexibilité. D’autant plus qu’à force de côtoyer un conjoint qui a une approche « souple » (sans tension ni restriction) par rapport à la nourriture, on peut en venir soi-même à développer une relation plus harmonieuse, moins conflictuelle, avec l’alimentation…

 

Quels sont les pièges à éviter?

Beaucoup de femmes souhaiteraient que leur conjoint adopte de meilleures habitudes alimentaires. Moins de chips, plus de tofu, moins de bière, plus de kale… Entretenir des buts pour son partenaire est une entreprise délicate, même si c’est fait avec la meilleure intention du monde (« Je veux que mon chum soit en bonne santé pour qu’on vive ensemble heureux jusqu’à 110 ans! »). Quand on entretient des buts pour son/sa partenaire, il faut absolument se retenir de lui imposer sa vision des choses. Critiquer, menacer ou mettre de la pression sur son/sa partenaire pour l’emmener à changer ses comportements risque non seulement de nuire à sa motivation à mieux s’alimenter, mais pourrait également, à moyen terme, affecter sa satisfaction conjugale. 

 

Quels sont les avantages de la vie à deux sur le plan de l'alimentation?

  1. Emménager avec sa/son partenaire peut certainement entraîner des changements positifs dans votre alimentation! Votre partenaire peut vous amener à découvrir ou même re-découvrir certains aliments (« Tiens, c’est meilleur que dans mon souvenir finalement les choux de Bruxelles! »).

  2. La vie à deux peut vous permettre de garder une plus grande variété d’aliments dans votre réfrigérateur. Quand on sait qu’on va être deux à les manger (donc moins de gaspillage possible), on se permet d’acheter une plus grande variété d’aliments (par ici les casseaux de fraises, framboises, mûres et bleuets, la caisse de clémentines, l’ananas et le cantaloup!).

  3. La vie à deux peut vous emmener à développer de meilleures habitudes de vie. En comparaison avec les gens qui habitent seuls, ceux qui vivent avec leur partenaire amoureux planifient mieux leurs repas, déjeunent sur une base plus régulière et préparent aussi des repas plus élaborés.

 

Arrivez-vous à conjuguer vie amoureuse
et saine alimentation? 

 

Références :

Bégin, C., Côté, M., & Gagnon-Girouard, M.-P. (2017). Enjeux liés au poids, à l'alimentation et à l'imagine corporelle au sein des relations de couple. Dans Y. Lussier, C. Bélanger, & S. Sabourin (Eds.), Les fondements de la psychologie du  couple (pp. 547–567). Québec, QC: Presses de l'Université du Québec.

Bove, C. F., & Sobal, J. (2006). Foodwork in newly married couples: Making family meals. Food, Culture & Society, 9, 69-89.

Bove, C. F., Sobal, J., & Rauschenbach, B. S. (2003). Food choices among newly married couples: convergence, conflict, individualism, and projects. Appetite, 40, 25-41.

Kemmer, D., Anderson, a S., & Marshall, D. W. (1998). Living together and eating together: changes in food choice and eating habits during the transition from single to married/cohabiting. The Sociological Review, 46, 49-72.

Marshall, D. W., & Anderson, a. S. (2002). Proper meals in transition: Young married couples on the nature of eating together. Appetite, 39, 193-206.


À PROPOS DE L'AUTEUR

Noémie Carbonneau
Noémie Carbonneau
Professeure-chercheure en psychologie

Sa formation en psychologie et son expérience comme chercheure universitaire font de Noémie une experte qui vous aidera à mieux comprendre ce qui influence votre relation avec la nourriture.

Se basant sur les résultats d'études scientifiques récentes, Noémie vous aidera notamment à prendre conscience que vos relations sociales ont un impact important sur votre alimentation. Vous pourrez ainsi mieux comprendre comment votre conjoint(e), vos amis et votre famille sont susceptibles d'affecter la quantité et la qualité de ce que vous mangez.

« Partager un repas avec des gens qu'on aime, n'est-ce pas la manière idéale de satisfaire à la fois nos besoins alimentaires et affectifs? Profitons de ces moments privilégiés pour échanger, rire, partager des souvenirs, faire le plein d'énergie et cultiver les relations qui nous tiennent à coeur. »

Voir son profil