21 septembre 2018

Vous donnez-vous réellement le droit de manger de tout lorsque vous en avez envie? Incluant des aliments moins nutritifs? Ou vous privez-vous de certains aliments jusqu’à ce que l’occasion d’en manger beaucoup se présente?

Manger ne consiste pas uniquement à ingérer des vitamines ou des calories! Il est souhaitable de manger selon ses envies et d’en retirer du plaisir. Ainsi, s’accorder la permission de manger de tout est une étape importante pour avoir une relation positive avec la nourriture. C’est d’ailleurs un des principes de l’alimentation intuitive. Sauter cette étape conduit souvent à de la culpabilité et ne permet pas de profiter du plaisir offert par les aliments. Dans cet article, je vous propose une façon de légaliser tous les aliments et je vous explique pourquoi cela est compatible avec une alimentation équilibre.

4 étapes pour se préparer

Il devient beaucoup plus facile de légaliser tous les aliments lorsque ces 4 éléments ont été mis en place.

  1. Gardez en tête qu’aucun aliment en particulier ne fait prendre du poids et aucun aliment à lui seul ne peut bousiller votre santé! C’est plutôt une question de quantité et d’équilibre.
  2. Mettez de côté plusieurs règles et repères externes à vous, en revisitant vos croyances alimentaires souvent bien ancrées. Un exemple de règle externe pourrait être de manger un dessert sucré uniquement la fin de semaine. Si vous en avez vraiment envie un mardi soir, vous le permettrez-vous?
  3. Utilisez vos propres repères internes comme balises. Par exemple, soyez à l’affût de vos réelles envies alimentaires et débutez l’écoute de vos signaux internes de faim et satiété.
  4. Faites preuve de patience et de bienveillance afin de vous défaire de certains comportements de contrôle alimentaire, souvent installés depuis plusieurs années.

Vraie ou pseudo-permission

Vous avez déjà essayé de vous donner cette permission de manger de tout, mais cela a entraîné des débordements alimentaires? 

Était-ce une pseudo-permission (dans le but de briser les règles alimentaires imposées) ou une réelle permission accordée pour le reste de votre vie? Dans le cas d’une pseudo-permission, notre discours interne nous dicte que l’on ne devrait pas manger ceci, que ce sera la dernière fois, que ce n’est pas un bon choix, etc. Soyez à l’écoute de cette petite voix pour savoir si c’est une réelle permission!

L'équilibre alimentaire dans tout ça?

Une fois que ces éléments sont en place, ne reste qu’à répondre le mieux possible à vos envies alimentaires au quotidien. Souvent plus facile à dire qu’à faire! Légaliser les aliments est une étape difficile, principalement parce qu’on a peur de manger uniquement des aliments non-nutritifs. Rassurez-vous! Il est démontré que des femmes qui se donnaient la permission de manger de tout n’avaient pas tendance à manger plus d’aliments gras ou sucrés, comparativement à des femmes qui exerçaient un contrôle sur leur alimentation. L’attirance envers ces aliments devient graduellement moins grande. Pour se sentir comblés, on a donc besoin d’en manger moins fréquemment et/ou en plus petite quantité. De plus, les (réelles) envies de fruits, de légumes et d’autres aliments nutritifs reprennent leur place naturelle.

Il est tout indiqué d’être accompagné par un professionnel compétentdans cette démarche, particulièrement si vous souffrez d’un trouble alimentaire ou si vous avez des rages d’aliments.

 

Alors, êtes-vous prêts à vous donner la réelle permission de manger les aliments dont vous avez envie?

 

  1.  Pour trouver un professionnel compétent, référez-vous à votre CLSC ou encore consultez le répertoire de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

    Références :
    Intuitive Eating: A Revolutionary Program that Works, Evelyn Tribole, Elyse Resch, 3rd Edition, 2012.


    Eating in response to hunger and satiety signals is related to BMI in a nationwide sample of 1601 mid-age New Zealand women. Clara E. L. Madden, Sook Ling Leong, Andrew Gray, Caroline C. Horwath. Public Health Nutr. 2012 Dec; 15(12): 2272–2279.


    Relationships between intuitive eating and health indicators: literature review. Nina Van Dyke, Eric J. Drinkwater. Public Health Nutr. 2014 Aug; 17(8): 1757–1766

      

À PROPOS DE L'AUTEUR

Caroline Trudeau
Caroline Trudeau
Nutritionniste et formatrice pour ÉquiLibre

Ses expériences professionnelles en santé publique ainsi qu'en intervention individuelle et de groupe font de Caroline une professionnelle chevronnée qui vous guidera vers le développement d'une relation saine avec la nourriture. Elle pratique actuellement à la Clinique Rosemont auprès d'adultes et d'enfants ayant des comportements alimentaires difficiles ou problématiques en lien avec le poids ou l'image corporelle. 

Authentique et bienveillante, elle vous aidera à faire confiance aux signaux que votre corps vous envoie et à découvrir le plaisir de manger sans restriction ni culpabilité. Jeune maman persuadée de l'importance que les enfants développent une relation positive avec la nourriture, elle vous proposera des pistes de solution pour que vos repas en famille soient agréables et savoureux. Elle abordera aussi différents sujets en lien avec les comportements alimentaires et la préoccupation excessive à l'égard du poids et de l'apparence.

« Au-delà du contenu de votre assiette, c'est la relation que vous entretenez avec la nourriture qui m'intéresse! Je vous accompagne pour que cette relation soit saine, positive et plaisante. »
www.cliniquerosemont.ca/caroline-trudeau-nutritionniste-dietetiste

Voir son profil