Par Catherine Desforges
13 août 2014

Depuis toujours, on nous répète combien il est important de déjeuner. Pourtant, plusieurs personnes de mon entourage sont incapables d’avaler quoi que ce soit dès leur réveil. Mettent-ils leur santé en péril? Doivent-ils déjeuner à tout prix?

Pas nécessairement, mais comme toujours en alimentation, cette réponse doit être nuancée. Pour les tout-petits, c’est particulier, car ils sont en pleine croissance et ont des besoins bien spécifiques. Ma collègue Caroline Trudeau aborde ces notions dans son billet de blogue : Comment bien déjeuner avec son enfant à la rentrée?

 

À chacun son rythme

Certaines études ont démontré un lien entre le poids santé et la prise du déjeuner, mais sans toutefois établir un lien de cause à effet clair et valide. En d’autres mots, ce n’est pas parce que vous déjeunez que vous aurez automatiquement un poids « santé ». La science  nous indique cependant que de sauter un repas, et ce peu importe lequel, pourrait avoir des conséquences sur notre santé : moins bon contrôle de l’appétit, du taux de sucre dans le sang, du cholestérol et autres lipides sanguins, etc. 

Alors, faut-il vraiment s’obliger à déjeuner à tout prix et se forcer à manger le matin?

L’important est de ne pas nier les besoins de son corps et d’être l’écoute de ses signaux de faim et de satiété. Vous n’avez pas faim ou n’êtes pas en mesure de manger tôt le matin? Prévoyez apporter votre déjeuner pour l’avoir sous la main lorsque la faim se manifestera. Encore faut-il être attentif à votre faim et ne pas vous laisser distraire par vos occupations quotidiennes. Bref, qu’il s’agisse d’un déjeuner costaud ou d’un yogourt avec un fruit, à vous de trouver votre déjeuner en fonction de votre rythme, votre confort physique et votre appétit.

 

 

Posez-vous ces quelques questions si vous n’avez pas faim le matin:

Est-ce parce que… 

 

  • Je mange en grande quantité le soir, tard en soirée ou durant la nuit ?

  • Je me couche-tard et je ressens beaucoup de fatigue le matin?

  • Je suis très pressé et je n’ai pas le temps de manger ou de constater que j’ai faim?

  • Je bois un grand verre de jus, une tasse de café et/ou je fume une cigarette, ce qui peut m’empêcher de ressentir la faim?

  

 

À chacun son bon départ

Pour ma part, mon déjeuner doit inclure un verre de jus d’orange. C’est mon essentiel pour commencer ma journée du bon pied! Le weekend, j’aime la combinaison classique « œufs avec rôties », une habitude qui a longtemps répugné mon conjoint d’origine italienne. Impossible pour lui de démarrer la journée avec plus qu’un bon expresso et quelques fruits. En effet, selon les pays, les rituels du déjeuner varient beaucoup. Voyez la vidéo ci-dessous qui illustre bien à quel point les choix alimentaires au déjeuner sont différents à travers le monde :

 

Rappelez-vous : il n’y a pas de formule unique ni parfaite pour un bon déjeuner. L’essentiel est de toujours écouter votre corps et respecter votre rythme. Faites des choix judicieux en fonction de votre confort physique, de votre niveau de faim et des aliments que vous préférez. Nul besoin de vous forcer à manger! L’important est de rester à l’écoute de vos besoins pour ne pas être affamé une fois l’heure du diner arrivée!

 

Et vous, êtes-vous un adepte du déjeuner?

Si oui, quel est votre aliment essentiel le matin?

 

Références :

Astbury NM, Taylor MA and IA Macdonald (2011). Breakfast Consumption Affects Appetite, Energy Intake, and the Metabolic and Endocrine Responses to Foods Consumed Later in the Day in Male Habitual Breakfast Eaters. J. Nutr. 141: 1381–1389.

Brown AW, Bohan Brown MM and DB Allison (2013). Belief beyond the evidence: using the proposed effect of breakfast on obesity to show 2 practices that distort scientific evidence. Am J Clin Nutr, 98:1298–308.

Extenso. L’omission du petit déjeuner est liée au surplus de poids, [En ligne]. http://www.extenso.org/article/l-omission-du-petit-dejeuner-est-liee-au-surplus-de-poids (Page consultée le 7 juillet 2014).

Leidy HJ and WW Campbell (2011). The Effect of Eating Frequency on Appetite Control and Food Intake: Brief Synopsis of Controlled Feeding Studies. J. Nutr. 141: 154S–157S.

Smeets AJ and MS Westerterp-Plantenga (2008). Acute effects on metabolism and appetite profile of one meal difference in the lower range of meal frequency. British Journal of Nutrition. 99, 1316–1321.

 


À PROPOS DE L'AUTEUR :

Catherine Desforges, blogueuse invitée, formatrice chez ÉquiLibre
Chef et nutritionniste
 
Amoureuse des arts de la table, Catherine est fascinée par nos comportements alimentaires. Excellente vulgarisatrice, elle n’a rien à cacher ! Au contraire, elle partage avec vous ses réussites et ses échecs pour vous démontrer que la perfection n’existe pas et que chacun doit trouver son propre chemin vers la santé.