22 mars 2018

Face à nos erreurs, défauts ou échecs, nous avons souvent tendance à être extrêmement durs envers nous-même. Nous nous disons des choses que jamais nous ne dirions à nos proches s’ils se trouvaient dans la même situation. Les femmes ont particulièrement tendance à s’auto-critiquer sévèrement et à utiliser des mots très durs envers elles-mêmes en ce qui concerne leur apparence physique (« J’ai l’air d’une grosse baleine dans ce maillot de bain. ») et leurs comportements alimentaires (« Encore une fois, je n’ai pas pu résister au sac de chips, je suis tellement pathétique. »).

De telles critiques et paroles blessantes, répétées en permanence, sont un frein au bien-être et à l’épanouissement personnel. C’est comme traîner un boulet : ça nous ralentit, ça nous épuise et ça nous empêche de vivre pleinement. Et si on faisait preuve d’un peu plus de compassion envers nous-même?

 

En quoi consiste l'auto-compassion?

Plusieurs personnes sont sensibles et compréhensives lorsqu’elles voient quelqu’un qui souffre, mais n’arrivent pas à manifester la même compassion face à leurs propres imperfections et faux-pas. L’auto-compassion est une attitude qui consiste à faire preuve de douceur et de bienveillance envers soi-même, particulièrement lorsque l’on vit quelque chose de difficile. L’auto-compassion, c’est prendre soin de nous-même comme on prendrait soin de notre enfant, notre sœur ou notre meilleur ami qui se trouverait dans la même situation : en ayant des paroles et une attitude chaleureuses et réconfortantes, plutôt que dures et méprisantes.

 

Comment entretenir une attitude bienveillante envers soi-même?

L’une des composantes de l’auto-compassion consiste à se rappeler, lorsqu’on vit quelque chose de difficile, que l’échec et les erreurs font partie de l’expérience humaine. Que tout le monde se sent, à un moment ou à un autre, incompétent, inadéquat ou anormal. Ce sont des sentiments que vivent tous les individus, sans exception, à un moment ou à un autre. L’auto-compassion, c’est garder en tête que nous sommes humains à travers nos forces, mais aussi à travers nos faiblesses; que ce sont nos qualités et nos défauts, nos succès et nos échecs, qui font de nous qui nous sommes.

 

Quels sont les avantages de l'auto-compassion sur le plan de l'alimentation et du rapport au corps?

Des recherches récentes montrent que l’auto-compassion favorise une image corporelle plus positive et une relation plus harmonieuse (et moins teintée de culpabilité) avec la nourriture. Quand on entretient un discours bienveillant envers soi-même, on a envie de prendre soin de son corps, de le traiter avec respect, de lui donner des aliments qui lui font du bien et lui permettent de bien fonctionner. Petit à petit, ce genre d’attitude nous aide à porter un regard plus aimant et moins critique envers nous-même et à nous accepter tels que nous sommes : parfaitement imparfaits.

 

Y a-t-il de l'auto-compassion dans le regard
que vous portez sur vous?

 

Références :

Braun, T. D., Park, C. L., & Gorin, A. (2016). Self-compassion, body image, and disordered eating: A review of the literature. Body Image, 17, 117–131.

Neff, K. D. (2003). Self-compassion: An alternative conceptualization of a healthy attitude toward oneself. Self and Identity, 2, 85-102.

Schoenefeld, S. J., & Webb, J. B. (2013). Self-compassion and intuitive eating in college women: Examining the contributions of distress tolerance and body image acceptance and action. Eating Behavior, 493-496


À PROPOS DE L'AUTEUR

Noémie Carbonneau
Noémie Carbonneau
Professeure-chercheure en psychologie

Sa formation en psychologie et son expérience comme chercheure universitaire font de Noémie une experte qui vous aidera à mieux comprendre ce qui influence votre relation avec la nourriture.

Se basant sur les résultats d'études scientifiques récentes, Noémie vous aidera notamment à prendre conscience que vos relations sociales ont un impact important sur votre alimentation. Vous pourrez ainsi mieux comprendre comment votre conjoint(e), vos amis et votre famille sont susceptibles d'affecter la quantité et la qualité de ce que vous mangez.

« Partager un repas avec des gens qu'on aime, n'est-ce pas la manière idéale de satisfaire à la fois nos besoins alimentaires et affectifs? Profitons de ces moments privilégiés pour échanger, rire, partager des souvenirs, faire le plein d'énergie et cultiver les relations qui nous tiennent à coeur. »

Voir son profil