photo-equipe2

Image de contact

Karine Gravel

Nutritionniste et docteure en nutrition

Sa formation universitaire en nutrition et ses expériences professionnelles de clinicienne, conférencière, auteure et chroniqueuse scientifique font de Karine une experte qui vous guidera vers le développement d'une relation plus saine avec la nourriture. 

Rigoureuse et créative, Karine vous aidera à considérer votre alimentation comme une expérience satisfaisante afin de vous sentir bien physiquement et psychologiquement. Sous un angle savant et ludique, elle abordera différents sujets : les comportements alimentaires, la préoccupation à l'égard du poids, les plaisirs alimentaires, le sens du goût et l'histoire des aliments.

«Se nourrir, se réunir et se faire plaisir, c'est ma recette préférée. Ces trois ingrédients doivent être assaisonnés au goût avec une quantité suffisante de sociologie et une pincée d'histoire. Ça vous tente de goûter?» | www.karinegravel.com


Tout va si vite qu’il arrive parfois, souvent ou toujours que l’on se dépêche de manger. Pourtant, notre corps ne devrait pas être considéré comme un simple réservoir à remplir de calories! Je le considère plutôt comme une machine extraordinaire qui se distingue par ses cinq sens, ses papilles gustatives, ses préférences alimentaires et plein d’autres particularités exceptionnelles. Pour ce billet, je vous propose trois conseils afin de faire l’expérience des aliments.

Si je vous mentionne que dorénavant, vous pouvez vous permettre de manger tous les aliments souhaités en présence d’une faim modérée, à quels aliments pensez-vous? Lorsque je pose cette question dans le cadre de mon travail de nutritionniste, les réponses sont quasi unanimes : le chocolat, les croustilles, la crème glacée et la poutine. Je me suis intéressée à mieux comprendre cette attirance envers les aliments gras et sucrés afin de retrouver une alimentation plus spontanée.

Par Karine Gravel
7 décembre 2017

Les croyances et les préjugés à l’égard des personnes en surpoids sont si fréquents qu’un nouveau mot a été créé : la grossophobie. Cette « phobie de la grosseur » peut s’exprimer par des commentaires verbaux inappropriés, comme des moqueries ou des insultes, de l’exclusion sociale et même des agressions physiques. C’est sérieux. À l’approche des festivités de Noël, je considère important de réfléchir à nos attitudes et comportements à l’égard de la grossophobie, afin de profiter pleinement des moments passés ensemble.

Le 20 mars est la Journée internationale du bonheur proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies. C’est sérieux! L’alimentation peut nous permettre de ressentir du bonheur. Le chocolat, par exemple, est un aliment apprécié pour plusieurs raisons. On peut penser à son goût délicieux, à la douceur de ses ingrédients et à la richesse de ses arômes. On peut aussi l’associer à nos bons souvenirs d’enfance et constater qu’on en déguste souvent lors de situations agréables. Toutefois, on peut aussi éprouver une certaine ambivalence à l’égard du chocolat puisqu’il est reconnu pour être impliqué dans les situations de perte de contrôle alimentaire et pour faire vivre de la culpabilité.

monequilibre image leadmagnet anime2

À quelle fréquence recevez-vous des commentaires négatifs sur votre poids?