Avez-vous déjà remarqué que l’humeur d’un adolescent fluctue parfois en fonction du temps passé derrière les écrans? Vous êtes-vous déjà demandé si les nombreux commentaires sur le poids et l’apparence physique qui circulent sur les médias sociaux pouvaient avoir des conséquences sur l’image corporelle, l’estime de soi et l’humeur d’un jeune?

Par Judith Petitpas
27 September 2018

Dans ma pratique, j’aime bien poser cette question : « Quel est le plus beau cadeau que tu pourrais t’offrir?». Combien de mamans ai-je entendu répondre, spontanément, sans hésitation : «Du temps pour moi, seule!». Il serait facile de leur dire tout bonnement : «Alors prends-en!». Mais comment se fait-il que pour plusieurs mamans, cela ne soit pas si instinctif? Ou perçu comme étant inaccessible ou impensable? Qu’il soit si difficile de prendre du temps pour soi alors que la société nous propose une panoplie d’activités de ressourcement? Comment se fait-il que certaines mamans se sentent si égoïstes de prendre du temps pour elles?

La bande-annonce de la série Insatiable, qui doit sortir sur Netflix prochainement, a fait couler beaucoup d'encre dans les derniers jours, avec raison. Les quelques minutes qui nous présentent l'histoire ont de quoi choquer. Une pétition demandant à Netflix de ne pas diffuser la série circule présentement sur Internet et a recueilli plus de 150 000 signatures. Bien que cette pétition ait reçu une forte mobilisation en peu de temps, d'autres personnes disent vouloir voir la série avant de porter un jugement.

Qu’est-ce qui fait qu’une personne est belle? Existe-t-il un critère universel permettant de définir la beauté? Non. La beauté est bien subjective. Toutes les cultures n’ont pas les mêmes critères de beauté. Dans certaines cultures, avoir une peau très pâle est valorisé alors que pour d’autres, ce sont les courbes qui ont la cote. Et au-delà des standards culturels, chaque personne a ses propres goûts qui influencent sa définition de la beauté. Pourtant dans notre société, on accorde beaucoup d’importance à l’apparence et on valorise les femmes très minces ou les hommes très musclés.

« Ma chérie, rentre ton ventre tu seras plus jolie. » 

« Si tu continues de manger aussi peu mon trésor, tu n’auras jamais des gros muscles! »

Il est fréquent que des enfants reçoivent ce type de commentaires de la part de leurs parents, de leurs grands-parents ou d’un autre membre de la famille. En effet, la plupart des adultes se souviennent avoir reçu des commentaires du genre durant leur enfance1. 

Votre enfant a plus de rondeurs que ses amis et vous vous questionnez. Il est normal que vous soyez inquiet, vous voulez ce qu’il y a de mieux pour votre enfant. Avec tous les préjugés envers l’obésité et le modèle de beauté unique véhiculé par l’industrie de l’image, vous pourriez avoir peur que votre enfant soit intimidé, laissé de côté, jugé par les autres ou malheureux. 

Pour plusieurs parents, l’heure du repas peut ressembler à un combat ayant pour but de faire manger leur enfant. En effet, il peut être décourageant de voir notre enfant manger quelques bouchées seulement de son repas et demander son dessert! N’ayant que de bonnes intentions, il n’est pas rare d’utiliser les aliments comme outil de négociation afin d’encourager notre enfant à manger. Toutefois, nous savons maintenant qu’il existe de meilleurs moyens pour lui inculquer de bons comportements alimentaires.

En tant que parent, il est normal de vouloir que son enfant mange suffisamment et qu’il ne manque de rien. Mais en réalité, nous ne connaissons pas la quantité exacte d’aliments dont notre enfant a besoin. Il est le seul à pouvoir ressentir les signaux de faim que son corps lui envoie lorsqu’il a besoin d’énergie. De la même manière, il est aussi le seul à pouvoir ressentir les signaux de satiété que son corps lui envoie pour lui dire qu’il a suffisamment mangé.

Par Caroline Trudeau
27 January 2015

Plusieurs parents se soucient du poids de leur enfant. On le trouve plus rond ou plus petit que d’autres enfants du même âge et on se demande s’il grandit comme il le faut. Il est tout à fait normal de se soucier de la santé de son enfant, mais il est important de se rappeler que nous ne pouvons pas contrôler le poids de notre enfant. 

Par Caroline Trudeau
05 December 2014

Rappelez-vous la dernière fois que vous avez interdit à votre enfant de toucher à un objet… A-t-il tenté de déjouer la consigne par la suite? Et bien, on peut observer le même phénomène avec la nourriture! Lorsque l’on interdit des aliments à notre enfant, on les rend encore plus désirables.

Votre fille qui adorait jouer dehors et faire du vélo passe maintenant la majorité de son temps libre devant un écran ou au téléphone? Vous trouvez difficile de la motiver à participer à des sports ou activités physiques? Vous n’êtes pas le seul parent à vivre cette situation, car seulement 4% des filles atteignent la durée quotidienne recommandée d’exercice physique.

Avec le retour à la routine et le brouhaha de la rentrée, trouvez-vous difficile de bien déjeuner avec votre enfant? Faut-il se forcer à manger le matin? Dans son dernier billet de blogue, ma collègue Catherine Desforges, nutritionniste, nous explique que ce n’est pas nécessairement le cas chez les adultes. En revanche, pour les enfants, le déjeuner est un repas très important pour assurer leur bonne croissance et leur apprentissage.

Depuis quelques mois, votre fille, qui a toujours mangé avec appétit, a coupé les desserts et calcule tout ce qu’elle mange. Votre garçon, qui n’a pas trop la fibre sportive, se rend au gym tous les jours et y passe plusieurs heures. Alors que plusieurs les félicitent de prendre leur santé en main, vous y voyez plutôt un signal d’alarme : et si votre enfant était insatisfait de son corps?