5 mai 2017

...oui mais pourquoi l’idée d’essayer le dernier régime à la mode nous tenaille-t-elle à l’approche de l’été ou d’un voyage dans le sud? Pourquoi ce sentiment de culpabilité nous envahit-il lors de soupers un peu trop copieux ou lorsqu’on mange un dessert plus riche? 

Le 6 mai 2007, l’organisme ÉquiLibre célébrait pour la toute première fois la Journée internationale sans diète. Depuis cette première édition il y a 10 ans, bien des choses ont évolué! L’alimentation est très tendance, on voit de plus en plus d’articles, de blogues, de livres sur le sujet, les émissions de cuisines et les témoignages se multiplient. On connait mieux les grands principes d’une saine alimentation, on est plus sensibilisés aux risques des régimes et à l’effet yoyo. Sans oublier que la diversité corporelle est de plus en plus acceptée et valorisée. 


Le poids : une préoccupation encore bien présente

Malgré cette belle évolution des choses, le poids continue toutefois de hanter les pensées de trop de gens :

  • 75% femmes souhaitent maigrir et ce, peu importe leur poids;

  • 25% des hommes souhaitent modifier leur poids dans le but d’améliorer leur apparence;

  • Les femmes sont deux fois plus nombreuses à souhaiter perdre du poids plutôt qu’à exceller dans leur emploi;

  • 22 % des femmes affirment que la gestion du poids domine leur vie.

Pourquoi notre valeur est-elle influencée par le chiffre sur la balance, ou par un petit bourrelet jugé trop sévèrement? 

 

La question qui tue!

Comment faire pour être bien dans sa peau et s'accepter davantage, dans cette société où l'apparence occupe une place prédominante et où la pression pour maigrir est omniprésente?

Je pense à toutes les personnes que je connais qui sont préoccupées par leur poids à différents degrés et j’aimerais tellement avoir LA réponse à leur donner. Mais la relation qu’on entretient avec son corps et la nourriture est complexe et justement, il n’y a pas de réponse toute faite. Chaque personne possède une partie de SA réponse.

Ce que je sais par contre, ce dont je suis viscéralement convaincue, c’est que c’est possible d’apprendre à voir les choses autrement. Lentement mais sûrement. Même si c’est moins vendeur que ce que le nouveau régime miracle propose, je crois que la solution réside dans les petits gestes simples qui, adoptés les uns après les autres, finissent tranquillement par changer la perception qu’on peut avoir :

  • de l’alimentation (oui c’est possible de manger ce qu’on aime sans se priver tout en ayant une alimentation équilibrée);

  • de l’activité physique (oui le sport peut être un plaisir et pas seulement un supplice qu’on s’inflige pour brûler des calories) ;

  • et du corps (oui c’est possible d’apprendre à s’aimer même avec des kilos qu’on aimerait voir disparaitre ou quelques bourrelets, parce que la vraie beauté est invisible pour les yeux).

 

Le « régime miracle » à adopter

Si les régimes populaires fonctionnaient vraiment, personne ne reprendrait le poids perdu. Et si le régime miracle, c’était de cesser de les régimes, justement?! Je vous propose donc de tenter quelque chose de différent cette fois, juste pour voir. Qu’avez-vous à perdre?

Tentez d’intégrer, un à la fois, ces 10 conseils à votre quotidien. Ces idées sont tirées des 10 façons de célébrer la Journée internationale sans diète

 

  1. Je ne m’interdis aucun aliment que j’aime. Lorsque je m’offre ces petits plaisirs, j’en profite pleinement, sans culpabilité. Je savoure pleinement chaque bouchée.

  2. Je cultive le plaisir de bien manger en découvrant de nouvelles saveurs. Je me rappelle que manger sert à nourrir mon corps, cette merveilleuse machine dont je dois prendre soin.

  3. Je mange à ma faim. Je me fie aux signaux de faim et de satiété que mon corps m’envoie pour identifier les quantités d’aliments dont j’ai besoin plutôt que de me fier aux règles préétablies par des diètes.

  4. Je mets de côté les modèles de beauté irréalistes de notre société pour ainsi mieux respecter les différents formats corporels, en commençant par le mien!

  5. Je passe moins de temps à me préoccuper de mon apparence et davantage à me faire plaisir.

  6. Je reconnais mes qualités et mes talents. Je les apprécie et je donne l’opportunité aux autres de les découvrir.

  7. Je cesse de faire ou d’accepter des commentaires désobligeants sur mon apparence.

  8. Je relègue les diètes aux oubliettes.

  9. Je fais de l’activité physique pour le plaisir, et je m’accorde des moments de détente.

  10. J’ai confiance en mes capacités.

 

   Et vous, quel conseil vous interpelle le plus? Pourquoi?

 

 

Références : 

IPSOS REID (2008). Canadian Women’s Attitudes Towards Weight. Sondage pour le compte des Producteurs laitiers du Canada.

CAMIRAND, H. et autres (2010). L’Enquête québécoise sur la santé de la population, 2008 : pour en savoir plus sur la santé des Québécois, Institut de la statistique du Québec, 205 p.

RODIN, J., SILBERSTEIN, L. et R. STRIEGEL-MOORE. Women and weight: a normative discontent, Nebraska Symposium on motivation, 1984.


À PROPOS DE L'AUTEUR

Andrée-Ann Dufour Bouchard
Andrée-Ann Dufour Bouchard
Nutritionniste chez ÉquiLibre

Ses expériences professionnelles variées dans le domaine de la santé font d’Andrée-Ann une experte qui vous aidera à distinguer le vrai du faux dans la multitude de messages contradictoires qui circulent sur la gestion du poids.

Excellente vulgarisatrice, Andrée-Ann vous livre de l’information juste et crédible pour vous aider à comprendre ce qui influence votre poids et vos habitudes alimentaires. Consciente que les femmes et les hommes sont bien différents lorsqu’il est question de poids, elle saura tenir compte de ces particularités pour mieux vous aider à arrêter de vous battre avec le pèse-personne.

«Je peux vous aider à poser un regard critique sur la panoplie d'informations qui circulent sur le Web et dans les médias afin de vous permettre de mieux vous y retrouver!»

Voir son profil

Ajouter un Commentaire


Votre adresse de courriel ne sera pas communiquée à des tiers ou utilisée à des fins commerciales

Code de sécurité

Rafraîchir