7 novembre 2018

Avez-vous déjà remarqué que l’humeur d’un adolescent fluctue parfois en fonction du temps passé derrière les écrans? Vous êtes-vous déjà demandé si les nombreux commentaires sur le poids et l’apparence physique qui circulent sur les médias sociaux pouvaient avoir des conséquences sur l’image corporelle, l’estime de soi et l’humeur d’un jeune?

 
Les adolescents d’aujourd’hui passent beaucoup de temps derrière leurs écrans et sur les médias sociaux. Dans les faits, 95 % ont accès à un téléphone intelligent, 45 % y seraient constamment connectés et utiliseraient des plateformes telles que YouTube, Instagram, Snapchat et Facebook1. Les médias sociaux apportent évidemment leur lot d’avantages : ils inspirent, facilitent la communication et l’accès à l’information, permettent de trouver du soutien social. Toutefois, ils comportent aussi leur lot d’inconvénients dont l’omniprésence de commentaires sur le poids et l’apparence physique!

Derrière ton écran, commente différemment!


ÉquiLibre a décidé de consacrer l’édition 2018 de la Semaine « Le poids? Sans commentaire! » aux commentaires sur le poids et l’apparence physique à l’ère des médias sociaux. Cette année, la campagne cible tout particulièrement les adolescents de 13 à 17 ans, de même que les adultes qui fréquentent les médias sociaux. Le défi à relever : s’engager à commenter autre chose que le poids et l’apparence physique.


Même les commentaires positifs peuvent avoir des conséquences négatives

Si les adolescents réalisent que les commentaires négatifs sur le poids et l’apparence physique  n’ont pas leur place sur les médias sociaux, plusieurs sous-estiment les effets pervers que peuvent avoir les commentaires positifs sur le sujet. Or, la profusion de commentaires de type « tu es belle mon amie », « quel beau corps musclé », même s’ils sont formulés avec une bonne intention,  démontrent l’importance accordée au poids et à l’apparence physique et peuvent ainsi renforcer l’insatisfaction corporelle2. Fait intéressant : l’absence de commentaires, ou encore un nombre insuffisant de « like » conduirait certains adolescents à retirer des photos publiées sur les médias sociaux3.

4 gestes à poser


Dans le cadre de la Semaine « Le poids? Sans commentaire! », Équilibre vous suggère 4 gestes qui aideront à sensibiliser les adolescents à l’omniprésence des commentaires sur le poids et l’apparence physique sur les médias sociaux et qui, espérons-le, contribuerons à changer leurs comportements…et peut-être aussi les vôtres!

  1. Débuter une chaîne sur Facebook ou Instagram. S’engager à commenter autre chose que le poids et l’apparence physique pendant une semaine et lancer le défi à trois amis en utilisant le mot-clic #lepoidssanscommentaire.

  2. Partager notre outil de sensibilisation qui se trouve sur les comptes Facebook et Instagram d’ÉquiLibre.

  3. Aider les adolescents à prendre conscience des conséquences des commentaires sur le poids et l’apparence physique et les outiller à commenter différemment. Pour ce faire, je vous invite à télécharger l’atelier pédagogique spécialement conçu à cette fin et à l’animer auprès d’un groupe de jeunes de 13 à 17 ans.

  4. Prendre conscience de son rôle de modèle. Les jeunes dont les parents passent beaucoup de temps derrière leur téléphone intelligent ont malheureusement tendance à reproduire le même comportement.

 

Et vous, quels gestes poserez-vous durant la
Semaine « Le poids? Sans commentaire! »?

 

Références : 

  1. Pew Research Center, May 2018, Teens, Social Media & Technology 2018.
  2. Tiggemann M and I Barbato (2018). ‘’You look great!’’ : The effect of viewing appearance-related Instagram comments on women’s body image. Body Image 27 :61-66.
  3. Johnson, Matthew, Valerie Steeves, Leslie Regan Sahde et Grace Foran (2017). Partager ou ne pas partager : Comment les adolescents prennent des décisions en matière de vie privée à propos des photos sur les réseaux sociaux. Ottawa : HabiloMédias.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Mathilde St-Louis-Deschênes
Mathilde St-Louis-Deschênes
Cheffe de projets chez ÉquiLibre

Sa vaste expérience dans le domaine de la promotion des saines habitudes de vie et ses études de doctorat en sciences de l’activité physique feront d’elle une experte pour favoriser l’adoption d’un mode de vie physiquement actif. Mère de deux jeunes enfants et passionnée de sports, Mathilde vous proposera différentes astuces pour intégrer du mouvement à votre quotidien dans le plaisir.

« Bouger ne devrait jamais être une corvée, mais un cadeau que l’on se fait à soi-même ! »

Voir son profil